Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Particuliers > Avocat contre Pervers narcissique. Ses stratégies, nos solutions.

Avocat contre Pervers narcissique. Ses stratégies, nos solutions.

Le 02 juillet 2021
Les Pervers narcissiques pratiquent la séduction sur leur victime, puis l'emprise, puis la destruction. Ils sont très convaincants et "efficaces". Une riposte par un avocat spécialisé vous permettra de stopper sa stratégie.

Avocat contre Pervers narcissique

 

Je suis souvent consulté par des client(e)s qui estiment être victimes de leur ex, qui est/serait P.N.

 

1.    Quelle défense puis-je leur apporter ? Il faut avoir bien étudié le phénomène PN en général sous sa facette psy, pour construire une écoute juridique vigilante.

D’abord, si possible en contact avec le psy du client, écouter le récit, analyser la situation avec empathie, mais aussi avec rigueur.

 A priori, la situation mérite d’être prise très au sérieux, même si par un effet de mode, des personnes vont trop vite pour coller les étiquettes : harcèlement, manipulateur, pervers narcissique….

 Mes points de repère et mes questions examineront p ex : y a-t-il un processus d’inversion des rôles ? le PN a-t-il isolé sa proie ? L’ex souffle-t-il le chaud et le froid ?

 Le PN est très convaincant, il n’est pas rare que la justice soit trompée, y compris des experts, y compris des avocats non spécialisés. C’est un comble !

2.    J’ai développé ailleurs l’analyse de la pauvreté de la Justice : seuls 80 % des cadres de juges sont nommés, manque de moyens, manque de temps, manque… de formation !

Il n’est pas rare qu’un juge soit réduit à réserver 10 minutes pour un dossier : pour examiner toute une vie ! (Voir mon article La Libre Belgique 18 juin 2018 : « Qui veut suicider la Justice ? », inspiré par la surcharge de feu le juge Lambert en France).

 3.    Ensuite, il faut définir des objectifs. Bien sûr, pour le psy, le patient devra se reconstruire, découvrir ou rétablir une estime de soi.

Pour l’avocat, il s’agit de résoudre des problèmes « externes » très concrets : la sécurité, l’hébergement des enfants, des dispositions matérielles et financières.

Que dit la loi ?

Par exemple l’abus de faiblesse est puni par l’article 442 quater du code pénal : jusqu’à 2 ans de prison et 10 000 € d’amende. Mais il faut des preuves… !

 Une analyse juridique spécialisée de la situation permettra de construire des pistes de solution.

4.     Un exemple vécu : Monsieur X, ex époux de Madame B, ne lui a jamais pardonné de l’avoir quitté. Il écrit aux supérieurs hiérarchiques de Madame pour la dénigrer subtilement, il diffuse à l’école des enfants des documents pour discréditer Madame. Il réclame l’hébergement principal des jeunes enfants.

   Son discours séduit un expert, parfois un procureur, il « tire les ficelles » des jeunes enfants, qui répètent des paroles qui ne sont pas de leur âge, il se présente en victime, il prétend « supplier que ça s’arrête », mais il accuse de façon catégorique sans jamais aucun détail, ni aucune preuve; il se plaint de subir des propos orduriers, mais sans en identifier aucun : et pour cause !

 Il fait une procédure en justice au sujet d’une somme insignifiante. Il ne répond pas aux questions, il change d’avis et de discours en fonction du moment et de l’interlocuteur.

 La stratégie juridique a exigé de répliquer à tout, en laissant les enfants à l’abri, et en dénonçant les incohérences de Monsieur X : finalement un expert, la justice pénale et la justice civile ouvrent les yeux.

5. Ce n’est jamais garanti, et le temps qui passe n’arrange jamais rien.
  Les enfants qui grandissent dans l’univers d’un pervers narcissique, vont être utilisés par lui dans sa stratégie, subir l’aliénation parentale, et construire eux-mêmes une personnalité PN.

 Il faut donc mener le combat juridique et judiciaire, sans perdre de vue la reconstruction psychologique.

 Y a plus qu’à !

Pour en savoir plus, contactez-nous.

Jean-Martin Rathmès

 

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Particuliers